Augmentation du prix du sucre sur le marché local

> Augmentation du prix du sucre sur le marché local

Réaction de la Chambre d’Agriculture suite à l’augmentation du prix du sucre : « Une bouffée d’air frais pour tous les planteurs »

 

Depuis le mercredi 28 janvier 2009, le sucre a été retiré de la liste des produits à prix contrôlé, et les nouveaux prix reflètent désormais les prix réels d’importation.  Cette nouvelle a été largement répercutée dans les médias, car le sucre reste une commodité de base.  Cette mesure est cependant positive : il s’agit d’un ajustement des prix du sucre sur le marché local qui vient réparer une situation anormale, où l’ensemble de la communauté des planteurs et usiniers devait subventionner la vente de ce produit.

 

Il est important de voir les choses de manière plus globale, et de les remettre en perspective : 

·          Le prix du sucre sur le marché local est resté inchangé depuis le début des années 90 - jusqu’à tout récemment (2007-2008), le consommateur mauricien achetait son sucre à un prix datant de 1991 grâce à cette subvention de la communauté du secteur sucre, planteurs et usiniers confondus, venant en fait compenser le prix à l’importation plus élevé que les prix fixés à la vente.

·          Aucune autre denrée ou service acheté par le consommateur mauricien ne se trouvait dans cette situation ; la Chambre d’Agriculture l’a toujours qualifiée d’anormale.

 

Cet ajustement des prix vient arrêter une perte constante, qui affectait directement le producteur de canne et de sucre, petit comme grand.  Chaque année, cela représentait un coût additionnel de Rs 250 à 300 millions.  Pour l’année financière se terminant en juin 2009, la subvention de ces prix a déjà coûté Rs 110 millions au secteur, au moment même où il se bat pour réussir sa reforme et rester viable.  On pourrait donc également appeler cet ajustement de prix un « stop-loss »…

 

Il faut aussi souligner que ces nouveaux prix restent inférieurs à ceux de la majorité des autres pays.  A titre de comparaison, dans la région, le prix au détail de Rs 19,20 le kilo à Maurice reste inférieur à celui du Kenya (Rs 27,00), du Mozambique (Rs 25,00) ou encore de l’Afrique du Sud (Rs 22,00).

 

Au final, dans le contexte de la réforme du secteur, cette mesure est accueillie comme une bouffée d’air frais par tous les planteurs : elle intervient dans un contexte où le prix de la tonne de sucre aurait pu descendre de Rs. 17 000 en 2008, à Rs. 13 000 en 2009, lorsque la baisse de prix de 36% atteindra son point final. Avec la mise en application des mesures contenues dans le plan de réforme – entre autres, production de sucre raffiné, réduction du Global Cess et cet ajustement du prix du sucre sur le marché local, on s’attend à ce que le prix en 2009 puisse au bout de l'ensemble de ces efforts atteindre les Rs 15 000 la tonne.